A la recherche d'une mémoire: Haut du lièvre 2004


 

Accueil
Qui sommes-nous?
Evènements culturels
Documentation
Photos d'archives
Contacts
AMO et partenaires

Regard sur les communautés minières et sidérurgistes du territoire de Nancy

 

Source MJC Haut du Lièvre

 

Parmi les nombreuses cultures vivantes du Haut du Lièvre, il en existe une, très forte: la culture ouvrière.

Pour certains, elle a été vécue sur les sites de production sidérurgique de Pompey et de Neuves-Maisons. Pour d'autres, elle l'a été sur les sites d'extraction du Bassin de Nancy, du Pays Haut et de Maxéville.

Quoi qu'il en soit, cette culture ouvrière est éminemment présente, dans la conscience collective, d'une communauté de travail qui, elle, a disparu.

C'est cette culture, ô combien vivace dans l'oralité, que la M.J.C. a décidé de présenter en rapprochant ce passé minier du Grand Projet de Ville sur le site du Haut du Lièvre.

 

L'exposition à la M.J.C. Haut du Lièvre

 

Le parti pris de cette exposition est de montrer et d'expliquer, à travers des plans, des maquettes, des objets, des tableaux, des images et des photographies, les techniques employées et les conditions de travail des communautés minières et sidérurgistes alors toutes deux liées par le circuit et la transformation du minerai de fer.

Une exposition pédagogique, ouverte à tous, accueillera la présence d'anciens mineurs et sidérurgistes qui feront revivre un passé expliquant le devenir de deux communautés de travail.

 

Les mines du bassin de Nancy

 

Depuis 1834, le bassin ferrifère lorrain a été exploité d'une façon industrielle et rationnelle par plus de 120 mines où 6200 mineurs ont extrait environ 3 milliards de tonnes de minerai de fer surnommé " Minette" en raison de sa faible teneur en fer.

C'est à travers l'histoire des mines du bassin de Nancy que l'on va tenter de vous faire découvrir les techniques d'extractions et les conditions de travail de mineurs d'antan.

 

.

La mine de Boudonville à Maxéville

Cette concession ouverte en 1865 a été exploitée par la société Vézin-Aulnois, la même qui installa les hauts-fourneaux du Pont Fleury ç quelques centaines de mètres des galeries. La production locale passa de 110000 tonnes en 1898 à 30000 en 1929. La gurre de 1939 - 1945 portera un coup dur à cette socièté qui fermera et la mine et l'usine

 

 

Les grandes aciéries du bassin de Nancy

Pendant plus d'un siècle, la sidérurgie Lorraine a été la 1ère de France. Industrie pilote et dominante de la région, elle a façonné des paysages et des hommes. Elle a conféré à la Lorraine l'image, excessive, de région mono-industrielle. Après l'âge d'or, vint le temps de la récession. Un véritable séisme industriel et humain s'abattit sur la région. Aujourd'hui la Lorraine sidérurgique a laissé la place à la sidérurgie en Lorraine. Histoire d'une épopée.

 

.

L'usine du Pont Fleury à Maxéville

Dans les années 1860-1870, alors que les faibles ressources belges en minerais de fer s'épuisent, des entreprises WALLONNES installent leur siège en Lorraine pour exploiter les gisements particulièrement qui y ont été découvertes. L'aventure de la société de Vezin-Aulnois est typique de ce processus d'extension. Fondée en 1858 par E.GODIN, elle reprend à la société de Somme et Vezin les mines de fer de Vezin près de l'Ardenne, et achète les hauts-fourneaux d'Aulnois près de Maubeuge. Elle y développe ses activités avant d'implanter une nouvelle usine sidérurgique à Maxéville, près de Nancy en 1871.

 

 


Accueil | Qui sommes-nous? | Evènements culturels | Documentation | Photos d'archives | Contacts | AMO et partenaires
 

 

Ce site a été réalisé par Salih KELES, écrire à s.keles@libertysurf.fr.
Pour toute question concernant ce site Web, envoyez un courrier électronique à amo.fjep@wanadoo.fr.

Toutes les photos des articles de presse ont été repris du quotidien régional l' Est Républicain.
Dernière mise à jour le : 11 février 2008.